Les activistes proclament «l’avortement c’est la santé» le 28 septembre 2019.

Le 28 septembre est la Journée Internationale de l’Avortement sans risque. Cette journée a été célébrée pour la première fois en tant que journée d’action pour la dépénalisation de l’avortement en Amérique latine et dans les Caraïbes en 1990. En 2011, elle a été déclarée journée internationale. Le 28 septembre 2016 a été la plus grande Journée Internationale de l’Avortement sans risque célébrée. De nombreux groupes ont pris des mesures. Septembre 2016 marque également la naissance du réseau MAMA.

Action communautaire par un membre du réseau prenant part à des dialogues pour promouvoir l’accès des femmes et des filles en matière de santé sexuelle et reproductive.

Le 28 septembre 2019, le réseau MAMA a compté un total de 35 organisations membres de 16 pays d’Afrique subsaharienne, y compris des partenaires aux Pays-Bas et aux États-Unis. Les activités mises en œuvre lors de cette journée ont unifié les défenseurs de la santé et des droits reproductifs qui a remise à la une «l’accès à l’avortement sans risque» dans le monde entier.

Une conférence régionale a été organisée pour diffuser les résultats de la deuxième année du Global Gag Rule et définir une stratégie pour faire en sorte que les femmes et les filles aient accès à un avortement sans risque.

Le Global Gag Rule (GGR) est le bâillonnement des organisations sur le plaidoyer pour l’avortement. L’IWHC et l’IPPF ont prouvé que bâillonner l’avortement ne réduisait que les avortements sans risque pour les femmes et les filles et non les cas d’avortement. En plus de cela, il existe un malentendu autour du Global Gag Rule (GGR) qui crée une barrière pour les femmes et les filles qui ont besoin d’accéder à des soins d’avortement sans risque.

Organisation membre du réseau MAMA, COHERINET, a associé les prestataires de services de santé et aux membres de la communauté pour démontrer la nécessité de combler l’écart entre les membres de la communauté et les prestataires de soins santé en raison de la forte stigmatisation associée aux soins de l’avortement.

Les articles 165 et 166 en RDC, sont favorables à un avortement sécurisé pour sauver la vie de la femme, mais des facteurs tels que la stigmatisation et le manque d’information exacte conduisent les femmes à ne pas avoir accès au service. Une conférence a été organisée pour clarifier la situation pour les femmes de la communauté et les éduquer sur l’utilisation du misoprostol pour sauver la vie de la femme contre l’hémorragie post-partum (HPP). La mortalité et la morbidité maternelles sont un problème mondial qui doit être traité avec urgence.

Journée Internationale de l’Avortement Sans Risque sous thème ; Misoprostol Sauve La Vie De La Femme. Le 28 Septembre 2019.

Le réseau MAMA a également organisé une discussion en ligne sur Twitter afin de diffuser un rapport d’analyse qui a servi de base à la recherche sur le terrain concernant l’accès des femmes à l’avortement et évaluer l’efficacité des activités mises en œuvre sur le terrain. Les discussions sur Twitter tenues du 27 au 28 septembre ont touché un public de 4,481 personnes et ont augmenté de 50% le nombre d’abonné sur Twitter.